Lorsque l’on dit d’une lumière qu’elle est chaude ou froide, c’est souvent en fonction de la couleur émise par sa source. Que signifient réellement ces appellations ?

Lumière « chaude » et lumière « froide » : en vertu de quels critères ?

Sur les boîtes des lampes halogènes ordinaires comme sur les étiquettes des lampes LED, les mentions « couleur chaude » ou « couleur froide » sont omniprésentes. Malgré leurs significations apparentes, ces termes évoquent en réalité la sensation ressentie par l’observateur face à la couleur émise par la source lumineuse. Ces appellations ne désignent donc pas la sensation due à la hausse de température provoquée par l’éclairage.

On parle plutôt de température de couleur ou de couleur de la lumière, dont l’intensité est mesurée en kelvins K. Cet indice permet d’estimer si la lumière blanche est froide – autrement dit, se rapproche plus des nuances de bleues – ou chaude, c’est-à-dire si la lumière blanche se rapproche plus des nuances de jaune (et de rouge).

La température de couleur constitue donc un indice important pour mesurer le degré de blancheur d’une lumière naturelle ou d’une lumière émise par une source artificielle.

tableau lumiere froide a lumiere chaude Degré Kelvin

Applications des notions de lumières chaudes ou froides

Le type de lumière émise par une source d’éclairage pèse sur la déco de la pièce, mais surtout influe énormément sur les sensations, l’énergie et l’horloge biologique en générale des occupants.

Une lumière blanche et chaude – qui se rapproche davantage de l’éclairage solaire en fin de journée – favorise ainsi la relaxation. La température de cette couleur se situe au-dessous de 3 300 K. De même, une lumière blanche neutre, dont la température évolue entre 3 300 et 5 300 K, s’avère énergisante et améliore la tonicité. Au-dessus d’une température de couleur de 5 000 K, l’éclairage ressemble davantage à la lumière du jour. Ce type de couleurs, comme toutes les autres couleurs froides, encourage la concentration et l’équilibre des énergies dans le corps et l’esprit.

D’un point de vue pratique et biologique donc, la lumière chaude regroupe toutes les températures de couleur qui sont compatibles avec le repos, la relaxation et l’abandon des activités physiques ou cérébrales. La lumière froide correspond de son côté aux températures de couleur associées aux périodes de grandes activités. Ces deux notions méritent d’être remémorées quand vient le temps de sélectionner la température de couleur de l’éclairage de chaque pièce de la maison, en fonction de son type et de sa fréquence d’utilisation.

Luminaire dite chaude ou froide

Article rédigé par 01 Luminaire

Partager:
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Wikio FR
  • Digg

Laisser un commentaire